Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout récemment, le nouveau gouvernement a supprimé les heures supplémentaires défiscalisées, qualifiées par le premier ministre de "mesure anti-emploi" (Le Monde 17.07.2012). Résultats : ces heures ne sont plus éxonérées de cotisations sociales (sauf pour les TPE de moins de 20 salariés) et sont soumises à l'impôt sur le revenu.

 

Cette décision est donc censée relancer l'emploi. Dans une intervention sur RMC Christian Chavagneux déclare « De fait, l’ensemble des heures supplémentaires qui ont été déclarées pour être défiscalisées correspondent à peu près à 400 000 emplois. Défiscalisation ou pas, les entreprises vont continuer à proposer ces heures supplémentaires mais ça leur coûtera un peu plus cher. Puisque ces heures ne seront plus défiscalisées, les entreprises auront recours soit à l’intérim, soit à la création d’emploi pour des besoins à plus long terme ».

 

Mais bien sur, et la marmotte!? Peuvent-ils réellement croire et défendre que la supression de ce dispositif créera de l'emploi dans la situation qui est celle des entreprises en France aujourd'hui?

Dans un pays où le coût du travail est exhorbitant (l'intérim compris) et le fonctionnement tellement rigide, que peu de personnes ont assez confiance pour embaucher, et encore moins pour embaucher "durablement" sur le long terme.  

Dans un pays où le travail existe bel et bien mais ne peut plus être enfermé dans une logique de long terme et de temps complet : le fonctionnement doit s'adapter à un environnement de plus en plus mouvant et des besoins toujours présents mais en constantes évolution.

 

Personnellement, je ne le crois pas une seule seconde.

 

Par contre, que cette décision détériore un peu plus les relations de travail, le climat social, les conditions de travail; ça oui, malheureusement j'y crois. Sans parler de l'impact sur la motivation et l'implication des personnes qui bénéficiaient directement de ce dispositif et pouvaient ainsi améliorer sensiblement leur quotidien. Ce témoignage publié par l'Express, l'illustre bien.

 

Ce dispositif, comme le statut de l'auto-entrepreneur, avait pour mérite d'introduire de la souplesse dans le système pour pouvoir répondre aux besoins de chacun, "prestataires salariés ou fonctionnaires" comme entreprises ou collectivités. Il marquait une évolution intéressante dans notre fonctionnement.

 

Restaurer l'ancien système des heures supplémentaires c'est, pour moi, revenir en arrière sans avoir tiré les leçons des expériences précédentes. C'est aussi appliquer une logique purement court termiste destinée à grapiller un peu d'argent immédiatement pour renflouer des finances en difficulté; en refusant de s'attaquer aux vraies problématiques qui nécessiteraient de modifier les structures et les mentalités en profondeur.

Tag(s) : #Billets d'humeur
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :